Actualités

Les médias sont-ils libres?

"Les médias sont-ils libres ?", c’est la question à laquelle tenteront de répondre Jean-Jacques Jespers (ancien journaliste et professeur à l’ULB), Michel Collon (journaliste indépendant) et Thierry Fiorilli (éditorialiste-journaliste au quotidien “Le Soir”) au cours d'une conférence-débat ce 26 avril à l’Université Libre de Bruxelles. Plus d'infos

Qui est en ligne ?

Nous avons 5 invités en ligne

Rejoignez-nous

Rejoignez-nous sur FacebookSi vous voulez nous suivre sur Twitter

Statistiques

Membres : 144
Contenu : 1850
Liens internet : 3
Affiche le nombre de clics des articles : 2342526

Rédaction

. Se connecter
Israël: rétablir le dialogne par le boycott académique PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Flavie Lambèze   
Jeudi, 01 Avril 2010 09:11
Bien que quelques initiatives aient été prises en Europe et aux États-Unis, le boycott académique d'Israël reste discret en Belgique. Soucieux de changer la donne, quelques étudiants se sont mobilisés à l'ULB. AU programme: Checkpoint, projection d'un documentaire et débats.

Voilà plus d'un an que le dialogue est gelé entre Israël et la Palestine. Les roquettes ont  une nouvelle fois pris le relai des pourparlers. D'un bout à l'autre du mur de l'Apartheid, (le mur séparant la bande de Gaza d'Israël) la haine grandit, minimisant chaque jour, toute chance de paix. Aucune médiation jusqu'alors n'a su venir à bout du conflit, que ce soit de l'ONU ou des États-Unis.

Aujourd'hui la cause Palestinienne bénéficie du soutien de nombreux Européens. Le Conseil de l'Union Européenne, lui-même dénonce le non-respect du droit international dans Jérusalem-Est, secteur à majorité arabe, où le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, souhaite étendre la colonisation juive:  "les colonies de peuplement sont illégales au regard du droit international. Celles-ci minent les efforts déployés actuellement pour relancer les négociations de paix, constituent un obstacle à la paix et risquent de rendre impossible une solution fondée sur la coexistence de deux États". (Europa, Press Releases). 

"Boycott, désinvestissement et sanctions"

Depuis 2005, d'autres biais ont vu le jour. Afin de rétablir le droit international en terre de Jérusalem, plusieurs universités ont rejoint la campagne PACBI (Palestinian Academic and Cultural Boycott of Israël). A ce mouvement, est rallié la campagne BDS "Boycott, désinvestissement et sanctions".  Cet embargo culturel passe par le "boycott des institutions et non des individus", insiste Omar Jabary Salamanca, membre du Brussels Palestine Collective. En effet ce boycott réclame avant tout la suspension de toute coopération scolaire et culturelle avec les établissements Israéliens, la suppression des subventions admises à ces établissements, et le soutien des intellectuels israéliens opposés à la politique coloniale. "Aujourd'hui , les universités israéliennes justifient la colonisation de la Palestine. Elles créent des politiciens qui se cachent derrière une soit disant démocratie, des architectes qui construisent le mur de l'apartheid. L'objectif de notre boycott est de faire valoir les droits des palestiniens, le droit de retourner en Palestine, appelée aujourd'hui Israël", proclame Omar Jabary Salamanca. Un mouvement qui se veut donc non violent, mais coercitif, afin de contraindre le gouvernement Israélien à répondre aux exigences de la Communauté Internationale. 

Première sensibilisation à l'ULB

Face à une Belgique encore timide dans ses mobilisations, plusieurs cercles d'étudiants se sont lancés dans une campagne de sensibilisation. En début de semaine, certains jeunes ont reçu un accueil des plus inhabituels. En effet, des étudiants déguisés en militaires, effectuaient des contrôles d'identité à l'entrée de l'université, comme cela se fait en Israël avec les fameux Checkpoints. Certains n'ont même pas sourcillé, d'autres ont "carrément flippé", relate Gilles, membre du JAC, les jeunes anticapitalistes. En Angleterre, l'an passé, l'université du Sussex a franchit un premier pas en rassemblant une grande majorité d'étudiants, soutenant un boycott des produits israéliens vendus sur le campus. Alec Saelens ,étudiant, membre de la Palestinian Society à l’Université du Sussex en faisait parti. Il ajoute : "C'est un mouvement qui plonge sa force dans sa mobilisation. Beaucoup d'étudiants sont partis en Palestine. Sur place, les gens veulent avant tout communiquer, ils veulent que la vérité dépasse les frontières".

Le débat est lancé

Alliés dans une même cause, les JAC, Amnesty-ULB, le Brussels Palestine Collective, Attac-ULB et le CEAE (le cercle des étudiants arabo-européens), ont alors organisé un débat à l'ULB. Il fut précédé de la projection du documentaire GAZAstrophe, le jour d'après, de Samir Abdallah et de Kheridine Mabrouk. Un film que les deux réalisateurs ont choisi de diffuser en ligne sur leur site. Regroupés dans une salle du bâtiment H de l'ULB, les étudiants et autres curieux se sont plongés cinquante deux minutes durant, dans l'univers de Gaza, ou du moins ce qui l'en reste depuis les bombardements massifs survenus en janvier 2009. Le débat qui a succédé manquait encore d'implication, mais surtout de diversité de point de vue. Aucun pro israélien se trouvait dans la salle. Mais le mouvement au sein de l'ULB est encore fictif, seule une véritable mobilisation pourrait avoir des conséquences. Les espoirs ne sont toutefois pas vains, en moins de cinq ans l'opération de boycott a déjà convaincu plus de 500 universitaires. Une autre forme de médiation donc, qui ne doit pas se confondre avec un rejet de la population Israélienne, mais comme un recours à un unique dessein: la paix.

articles liés :

La question de Jérusalem dépasse le cadre du conflit israélo-palestinien

Barack Obama souhaiterait un gel des constructions à Jérusalem

Opération Plomb durci

 

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Anonyme   |81.240.47.xxx |2010-04-24 15:47:29
Le mur se trouve en Cisjordanie, pas à gaza.
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 
Web Design by MangoGem A Division of U.E.G.U.E.G. .Valid XHTML and CSS.